Gravures et peintures du Tassili N'Ahaggar


Pour les amis de l'art
rupestre, un lien à visiter


www.aars.fr/
deontologie.html.

La Charte de l'AARS à télécharger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


L'art rupestre du Tassili N'Ahaggar et de l'Ahaggar est beaucoup moins connu du grand public que les fresques légendaires du Tassili N'Ajjer, telle que le Grand Dieu Séfar, période des têtes rondes celle-ci serait contemporaine de la période bubaline (env. 12'000 à 6000 ans BP, before present), selon une chronologie établie par Théodore Monod, reprise ensuite et développée par Henri Lhote). Puis selon leurs recherches la période bovidienne de 6000 à 3200 BP précède le cabalin environ 3200 ans BP, qui sera suivi 2000 ans BP par la période cameline. 

 

Cette chronologie ramenée à des époques bien plus récentes par Alfred Muzzolini, lequel situe les périodes des têtes rondes, du bubalin et du bovidien ancien dans une fourchette allant 6500 BP à 4500 BP, suivies par le bovidien final de 4500 BP à 3000 BP, entre 3000 BP et 2000 BP du cabalin et à partir de 2000 BP du camelin. L'art rupestre a perduré au Sahara jusqu'au 18ème siècle.


Cependant l'Ahaggar, très vaste région, foisonne de gravures, messagères des anciens peuples du Sahara, qui nous ont transmis les images de leur environnement socioculturel, leurs préoccupations, leurs rites à déchiffrer, leurs façons de marquer un territoire. Un patrimoine fragile, qui est à respecter et à préserver, une richesse inestimable.

 

El Ghessour l'une des portes du Tassili N'Ahaggar, des rochers aux formes spectaculaires, fantastiques émergent du sable doré, créant un paysage unique au monde. Oeuvre de la nature, que l'homme de passage tente d'apprivoiser en mettant des noms sur certaines formes pour les rendre plus familières.

 

Les deux petits panneaux peints surplombant l'agelmam d'El Ghessour devaient être, à l'origine, beaucoup plus importants, en effet sur le rocher, photo ci-contre, l'on aperçoit l'image délavée d'autres peintures, personnages à tête en bâtonnet, scène de chasse? A droite girafes et personnages longilignes.

Gravure de boeuf - El Ghessour/ Cliquer pour agrandir l'image Meule dormante/ Cliquer pour agrandir l'image

Grand boeuf et girafes dessinées en superposition/ El Ghessour

Meule dormante montage sur fond du sable d'In Akachaker

Dans les rochers d'El Ghessour/ Cliquer pour agrandir l'image

Personnages et archer - agelmam d'El Ghessour, Tassili N'Ahaggar/ Cliquer pour agrandir l'image Girafes et personnages- agelmam d'El Ghessour, Tassili N'Ahaggar/ Cliquer pour agrandir l'image

Personnages et archer/ Agelmam 
d'El Ghessour

Girafes et personnages/ El Ghessour

Tassili N'Ahaggar

Pierre à cupules d'un abri sous-roches de Taguelmemte Samédete/ Cliquer pour agrandir l'image Gravure de Rhinocéros - Taguelmemte Samédete/ Cliquer pour agrandir l'image

Pierre à cupules de l'abri sous-roche de Taguelmemte Samédete

Gravure de rhinocéros/ Taguelmemte
Samédete

Tessons de poteries/ Cliquer pour agrandir l'image Très belle hache néolithique, pierre polie, travaillée dans du gabbro une lave de profondeur/ Cliquer pour agrandir l'image

Tessons de poteries/ Taguelmemte Samédete

Petite hache en pierre polie, néolithique

Taguelmemte Samédete, une ancienne agelmam. Le passant réoccupe, lorsque les rayons du soleil au zénith se font brûlants,  un lieu de bivouac protégé du soleil dans un abri sous-roche, comme l'on fait bien avant lui bienvenu  d'autres hommes. Son imagination vagabonde en y découvrant des gravures et des cupules creusées dans la pierre, des tessons de céramiques et de fragments de pierres de meules et il revoit en pensée des scènes de chasse, ou de la vie quotidienne des anciens habitants du Sahara.

Yacine à Taguelmemte Samédente/ cliquer pour agrandir l'image

Les pierres à cupules ont toujours intriguées les archéologues, quelles étaient leurs fonction à quel usage étaient-elles destinées, ont-elles servi à broyer des pigments ou des graines, associées souvent avec des meules dormantes creusées à même la pierre ont-elles été des réceptacles pour des offrandes. Image du haut à gauche. 

Tassili N'Ahaggar

Au bord de la piste de Youf Ahakit dans l'oued Tintarabin, émergent à fleur de sable deux grandes dalles couvertes de gravures, l'une appelée la dalle des caravanes et l'autre que je nommerai la "dalle des serpents", comme la désigne les Touareg.

 

La première est parsemée de gravures, parmi les divers animaux  représentés, les spirales, la femme qui accouche ?, de nombreux pieds sont dessinés et non des sandales  comme on peut le voir fréquemment dans l'Ahaggar,  photo ci-contre. Cet ensemble de  dessins avait-il une fonction votive ?

Gravure d'un pied/ Cliquer pour agrandir l'image

Rhinocéros / Dalle
des pas (image visible en grand format)

L'une des nombreuses gravures de pied

Au printemps 2006, lors d'un voyage dans le Tassili N'Ahaggar, mes compagnons et moi-même  avons trouvé la dalle des caravanes partiellement enfouie et très sale, consécutivement à une grosse crue de l'oued Tintarabin. L'autre dalle dite des grands serpents était totalement recouverte de boue, quelques petites gravures situées sur sa périphérie apparaissaient encore partiellement ici et là.

Actuellement la question de la protection des ces très belles gravures se pose, car en l'état actuel les 4 x 4 roulent à proximité, voire même dessus.

Petit erg près de Tiblist/ Cliquer pour agrandir l'image

Tête de boeuf/ Cliquer pour agrandir l'image La femme qui accouche/ Cliquer pour agrandir l'image
Tête de boeuf avec une spirale / Dalle
des caravanes (image visible en grand format)

La femme qui accouche ?/
 Dalle des caravanes
 


Concernant les dessins de sandales un targui m'avait expliqué, que lorsque un caravanier ou un voyageur passait à un endroit il dessinait sa sandale et à son retour il gravait sa seconde sandale, rite lié à une forme de "pensée magique" afin de s'assurer de pouvoir revenir pour terminer la gravure et donc se protéger des dangers du voyage (voir la photo de la dalle de Youf Ahakit, tifinagh et sandales).

Grands serpents, Tintarabin/ Cliquer pour agrandir l'image

L'un des deux grands serpents, gravure de méandres ou d'entrelacs et constellation


La seconde dalle, moins connue que la première, surprend au premier regard par une gravure de deux "serpents géants" dessinant un labyrinthe, qui se terminent par une flagelle. Ces "serpents" sont impressionnants de par leur taille, de par le rythme du dessin et sa bienfacture. La représentation d'une constellation se situe à la tête du "serpent" de la photo et un troupeau de bovinés va à leur rencontre, détail photo de droite.

Ici aussi les gravures témoignent d'époques rupestres différentes, éléphants, rhinocéros, girafes, bovidés, représentations humaines, spirales, animaux fantastiques côtoient des tifinagh relativement récents. 


Petit pied et grand pied, Tintarabin/ Cliquer pour agrandir l'image
Animal double et ithyphallique avec une queue en spirale/ Cliquer pour agrandir l'image

Petit pied accompagné d'un grand pied / Dalle des caravanes

Animal double et ithyphallique avec une queue en spirale/ Dalle des caravanes

Tête de boeuf, Tintarabin/ cliquer pour agrandir l'image Rhinocéros, Tintarabin/ Cliquer pour agrandir l'image

Tête de boeuf tirant la langue / Dalle des pas

Rhinocéros/ Dalle des serpents

Près de Tiblist avant de rejoindre Youf Ehakit/ Cliquer pour agrandir l'mage

Détail du troupeau de boeufs, Tintarabin/ Cliquer pour agrandir l'image Chasseur, Tintarabin/ cliquer pour agrandir l'image

Détail d'un des bovinés du troupeau/ Dalle des serpents

Archer chassant une girafe/ Dalle des serpents

Pointe de flèche Tilumfesa - Youf Ehakit

Tassili N'Ahaggar

Grande girafe du site de Tilumfesa/ Cliquer pour agrandir l'image Eléphant, Youf Ahakit/ Cliquer pour agrandir l'image

Grande girafe de Tilumfesa

L'un des deux éléphants d'une gravure d'un abri sous-roche/ Youf Ehakit

Magnifiques entrelacs du site de Youf Ahakit/ Cliquer pour agrandir l'image Marmite, Youf Ahakit/ Cliquer pour agrandir l'image

Le superbe entrelac de Youf Ehakit, gravure ancienne

L'une des grandes marmites/ Youf Ehakit, appartenant à la même dalle que les entrelacs

Les aiguilles de Youf Ehakit/ Cliquer pour agrandir l'image
Tifinagh et sandales, Youf Ahakit/ Cliquer pour agrandir l'image Boeuf à cornes décorées, Youf Ahakit/ Cliquer pour agrandir l'image

Tifinagh et sandales/ Youf Ehakit

Bovin à attribut céphalique, probablement rituel, détail d'un ensemble de trois boeufs/ Youf Ehakit

Girafes à la queue en tire-bouchon, Youf Ahakit/ Cliquer pour agrandir l'image Chasseurs de style paléoberbère, Youf Ahakit/ Cliquer pour agrandir l'image

Trois petites girafes tachetées à la queue en tire-bouchon/ Youf Ehakit

Chasseurs de style paléoberbère/ 
Youf Ehakit

Parmi les peintures presque effacées et les gravures du site de Tilumfesa, une grande girafe attire l'attention, fascinante par sa taille et son dessin si proche de la réalité elle semble venir à notre rencontre du fond des âges, photo en haut à gauche.

Youf Ehakit, le meilleur des tentes en Tamachek, les nombreux abris sous-roche ont certainement favorisé les passages et les occupations humaines pendant des millénaires comme en témoignent les  gravures de différents styles, les pierres à cupules et les meules dormantes. 

Une faune largement représentée rappelle le paradis perdu du temps ou le Sahara était vert et giboyeux.

Photo à la droite de celle de l'entrelacs une marmite appartenant à un ensemble de trois autres, trop grandes pour servir de meules leur fonction a pu être phonolitique, car en y faisant rouler de grosses pierres le bruit amplifié par l'écho  s'entendait fort loin à la ronde. Usage religieux, moyen de communication, l'on peut se perdre en conjonctures.

Antilope au long cou, Youf Ahakit/ Cliquer pour agrandir l'image

Antilope au long cou  Youf Ehakit

En quittant Youf Ehakit pour rejoindre l'oued Indelek à la recherche d'eau, qui en automne 2004 faisant cruellement défaut dans les igelmemem du Tassili N'Ahaggar, une gravure remarquable, haut perchée sur un rocher au bord de l'oued, est à signaler.

 

Selon Alfred Muzzolini il s'agit de la représentation très originale d'une antilope, qu'il rattache à l'école de Tazina, quoique de style peu habituel. Il note un jet d'urine représenté sous le ventre de l'animal avec un point d'interrogation. II ne faut pas le confondre avec l'appendice en arceaux, qui me fait penser au cordon ombilical d'un nouveau-né. Florin Scurtu et Jean-Loïc Le Quellec, suite à de nouvelles découvertes dans la région, écrivent que cette gravure pourrait appartenir à une école dite de Tin Tarabin.

 

Les touareg induits en erreur par des touristes racontent que cet animal est un tamanoir (le tamanoir appartient à la faune sud-américaine). En tamacheck ils le nomment tiblist.

 

Pointe de flèche La région d'In Guezzam

La région d'In Guezzam à proximité de la frontière algéro-nigérienne mériterait que l'on s'y attarde quelque peu.

Tassili d'In Guezzam/ Cliquer pour agrandir l'image










A noter, que la mauvaise qualité du rocher et les nombreuses surcharges dénaturent les sujets et ne permettent pas toujours de retrouver les dessins originaux.

Chèvres Tassili d'In Guezzam/ Cliquer pour agrandir l'image Girafes, Tassili d'In Guezzam/ Cliquer pour agrandir l'image
Chèvres ?

Girafes ? avec surcharges de graffitis

Les gravures semblent assez nombreuses et le peu que nous avons pu voir ce printemps 2006, tant à Berouten  que dans un Tassili tout proche d'In Guezzam (photo ci-contre), donne envie d'y retourner et d'y consacrer plus de temps, dans ces paysages magnifiques, à la recherche des images, que nous a  léguées l'Homme du Sahara.

Téfedest - région de Mertoutek
Pointe de flèche Région de l'Oued Mertoutek
Tin Kabrane l'une des plus belle peinture caballine de la région/ Cliquer pour agrandir l'image
L'une ou la plus belle peinture caballine de la région, les personnages stylisés sont d'une élégance rare, site de Tin Kabrane
Grande gravure de boeuf In Ninwaren/ Cliquer pour agrandir l'image

Grand boviné dioculaire aux cornes démesurées et à la robe dessinée par des cloisonnements, site de In Ninwaren

Petit lion peint site de Tin Kabrane/ Cliquer pour agrandir l'image

Petit lion à la queue recourbée, site de Tin Kabrane

La Téfédest, massif granitique de l'Ahaggar, situé à environ 200 km de Tamanrasset, dont l'un des points culminant au nord est l'Oudane appelé aussi Garet El Djenoun, la montagne aux écritures de Roger Frison-Roche.

La Garet el Djenoun/ Cliquer pour agrandir l'image

Au lointain l'imposante Garet El Djenoun

Elle recèle les vestiges nombreux de  peuplements successifs couvrant une large partie de la préhistoire et de l'histoire du Sahara, peintures, gravures, sanctuaires, tumuli.
Les anciens habitants de la Téfédest, par des messages de pierre aux générations futures, ont ainsi laissé l'empreinte tangible de leur vie quotidienne ou sacrée. A nous de tenter de les lire et surtout de les protéger.

Peu de publications ont été consacrées à La Téfédest, la première exploration date de  l'époque coloniale et fut conduite en 1935 par R. Coche. Cependant, il faut citer J.-P. Maître, qui a conduit un travail considérable de recherches, publié dans son mémoire "I Téfédest centrale".

Scène de chasse/ Cliquer pour agrandir l'image La petite girafe/ Cliquer pour agrandir l'image La petite girafe. image traitée en négatif noir-blanc
Scène de chasse

Petite girafe à la queue en tire-bouchon

Les danseuses de Tin Kabrane ne sont pas toutes seules, ci-dessus à gauche une scène de chasse ornant le plafond de l'abri et quelques images du grand abri sous-roche qui se trouve à proximité, dont une ravissante petite girafe (env. 35 cm) peinte en plein élan.

Char au galop volant/ Cliquer pour agrandir l'image Groupe de boeufs/ Cliquer pour agrandir l'image
L'un des deux chars au galop volant, l'attelage est composé de 2 chevaux

Groupe de bovidéss parmi d'autres représentations

Le "grand bovin aux cornes démesurées" (image en haut à droite) a sa robe dessinée par des cloisonnements, une longe pend à son cou, il semblerait qu'il ait trois cornes et deux queues, est-ce d'origine ou y a-t-il  eu des rajouts sur l'oeuvre originale ?

La  peinture caballine ci-dessus représente un groupe de dix personnages dont huit ont une tête en forme de bâtonnet, rouge pour les hommes et blanche pour les femmes. En haut sont peints deux hommes bi-triangulaires, l'un joue d'un instrument de musique et semble avoir une tête plus ou moins ronde en prolongement du bâtonnet, deux femmes en tunique longue les accompagnent, celle de droite porterait un pantalon blanc sous son vêtement.  Le groupe du milieu est composé de six personnages, cinq sont bi-triangulaires, un personnage accroupi se  protège-t-il sous un bouclier, ou alors exécute-t-il un pas de danse. Deux petits chevaux passablement effacés, un boviné  de couleur rouge et un animal peint en blanc souligné par un liseré rouge complètent la scène.

 
Vue de l'oued prise depuis l'abri de Tin Kabrane/ Cliquer pour agrandir la photo

Téfedest - région de Mertoutek

Tin Tfeltassen un site ou les peintures de boeufs blancs se confondent avec de petits personnages rouges, plus ou moins effacés (photo à gauche ci-contre).

A l'angle supérieur gauche de la peinture un personnage foncé vêtu d'un robe à franges paraît marcher ou danser, comme l'indique le mouvement imprimé au vêtement (photo de droite).

Vue sur la région de Mertoutek depuis le sentier de Tin Tfeltassen/ Cliquer pour agrandir l'image

Tin Tfeltassen, boeufs et personnages/ Cliquer pour agrandir l'image Tin Tfeltassen, personnage en robe à franges/ Cliquer pour agrandir l'image
Grand boeuf blanc surchargé de petits personnages rouges, site de Tin Tfeltassen

Personnage vêtu d'une tunique ou robe à frange, site de Tin Tfeltassen

 
Téfedest - région de Mertoutek
L'oued Ahor en crue/ Cliquer pour agrandir l'image

Une petite journée de marche permet d'explorer sommairement cette région des oueds Ahor et Timidouin. Au printemps 2005 l'eau abondante et limpide remplissait les gueltas et rendait la ballade fort agréable.
Lors de notre randonnée mes amis touareg et moi-même avons vu nombre de traces d'animaux et même la forme des sabots d'un vache, il paraît qu'elle appartient à un habitant de Mertoutek qui l'y avait laissée pâturer.
Mais parfois la nature les forces de la nature se déchaînent et en automne 2006, Hamma mon guide et moi-même, nous trouvâmes bloqués en amont de l'oued Ahor par une crue particulièrement violente.

Haut perchée dans les rochers bordant l'oued Ahor une vache gravée surchargée de tifinagh, les tifinagh semblent être d'époque plus récente.

A droite détail de la fresque "la chasse aux éléphants" de l'oued Ahor. Cette gravure aux traits fins, très patinés, est peu saisissable par un objectif photo. L'image affadit l'impressionnante et réaliste scène de chasse, Les éléphants se défendent, un homme est piétiné, un autre est saisi par une trompe.

Oued Ahor vache avec superpositions de tifinagh/Cliquer pour agrandir l'image La chasse à l'éléphant, détail de la gravure/ Cliquer pour agrandir l'image
Bovin et tifinagh
Image négative en noir-blanc

La chasse à l'éléphant, oued Ahor
Image négative en noir-blanc

Oued Ahor, vache et son veau/ Cliquer pour agrandir l'image Scène rupestre/ Cliquer pour agrandir l'image

Détail d'un panneau d'un site de Tazait, vache et petit veau

Abri de l'oued Ahor

Photo de droite, détail d'un panneau de la région de Tazait, dans un abri sous-roche, un mélimélo de peintures, une fresque représentant différents animaux et des personnages, la femme est accroupie devant un boviné, l'homme marche portant une lance.  A noter, qu'à gauche de ces représentations un groupe de bovidés est peint avec des traits fins,  L'on distingue aussi une autruche très élégante, malheureusement fortement effacée.
Un peu plus loin un autre abri livre une scène ou des artistes de différentes époques ont laissé leur message peint sur la pierre, photo ci-contre

Des rayures cloisonnées par des traits fins. telle est l'originalité de la technique employée pour cette peinture de l'oued Tazait. L'on distingue sous le cou du premier bovidé ce qui semble être une longe. Photo ci-contre. Le même procédé pictural se retrouve dans la grande fresque du troupeau de boeufs de l'oued Ahor, ci-dessous.
Oued Tanout, un grand bovidé faisant face à un dessin énigmatique, un petit personnage est dessiné au sommet de sa tête entre ses cornes et deux bovidés peints en blanc imbriqués dans le dessin ocre rouge.

Groupe de trois vaches/ Cliquer pour agrandir l'image Grand buffle et personnage/ Cliquer pour agrandir l'image
Bovinés oued Tazait

Buffle et personnage, oued Tanout

Oued Timidouin peinture néolithique/ Cliquer pour agrandir l'image

Partie de gauche du panneau/ Cliquer pour agrandir l'image

Partie de droite du panneau/ Cliquer pour agrandir l'image
Peinture de bovinés, oued Ahor et 2 images retravaillées en négatif noir-blanc

Ravissante peinture d'un troupeau de bovidés réalisée dans une conque parmi les rochers bordant l'oued Ahor. Les deux animaux visibles sur la gauche  sont représentés dans leur quasi totalité avec les détails des taches de leurs robes. A noter pourtant que la peinture à l'origine couvrait toute la conque et qu'en traitant la photo plusieurs animaux apparaissent beaucoup plus clairement. L'ensemble de la composition ou dominent  les figurations de têtes et de cornes soulignées par un fin trait rouge, crée par une illusion d'optique un mouvement de déplacement de l'ensemble du troupeau vers la droite.

Oued Ahor au printemps 2005 après les pluies/ Cliquer pour agrandir l'image

Que raconte le grand panneau d'époque caballine de l'oued Ahor, photos, scènes de chasse ? de guerre ?, peut-être tout à la fois, les personnages sont  armés de lances ou javelots, en bas à droite de la photo un cavalier est dessiné de façon très réaliste, il tient une épée dans la main droite, un bœuf semble peiner portant une charge.
Sur la photo de gauche on aperçoit un personnage d'époque cameline chevauchant un chameau dessiné en noir.

   
Oued Timidouin panneau caballin et en haut à gauche peinture cameline/ Cliquer pour agrandir l'image
Panneau cabailin de l'oued Ahor

Détail du panneau, un boeuf est représenté portant un fardeau?

Oued Timidouin gravure de lion à robe tachetée/ Cliquer pour agrandir l'image Tête du grand lion/ Cliquer pour agrandir l'image Iblis le diable et tifinaghs archaïques dits à clef/ Cliquer pour agrandir l'image
Grand lion, Ouan Houas et détail de la tête

Iblis, le diable

Ci-contre la grande gravure de "lion" au pelage tacheté !!! ou animal mi-lion, mi-guépard,  les griffes sont de simples traits prolongeant les pattes. La gravure a certainement été retouchée, particulièrement au niveau de la tête de l'animal.
A droite grande gravure dénommée "Iblis, le diable", personnage bi-triangulaire affublé d'une queue et  accompagné de tifinagh archaïques dits à clef.

Chaos de gros blocs, image de la Tefedest/ Cliquer pour agrandir l'image

Site de Tanainsis/ Cliquer pour agrandir l'image Essai de reconstitution d'une partie de la fresque/ Cliquer pour agrandir l'image
Site de Tanainsis, dans la montagne à proximité de l'oued Ahor

Essai de reconstitution d'une partie de la peinture

Détail de l'ornementation d'une petite grotte, site de Tanainsis à proximité de l'oued Ahor. La fresque, appelée le grand soleil par les Touareg, passablement effacée par endroits couvre presque la totalité de l'abri. Est-ce l'image d'un campement ? d'un chemin initiatique ?
Gravures de l'Ahaggar
Boeuf gravé du site de Tagmart/ Cliquer pour agrandir l'image Gravure d'éléphant, site de Tagmart/ Cliquer pour agrandir l'image
Gravure de boeuf/ Tagmart 1

Gravure d'éléphant/ Tagmart 1

Tagmart 1 recèle une station de très jolies gravures rupestres, boeuf et éléphant ci-dessus.

Peinture d'un boeuf/ cliquer pour agrandir l'image Petit cheval au galop/ cliquer pour agrandir l'image
Détail d'un panneau du cabalin, site de Tagmart 2

Cheval au galop. Détail d'un panneau du cabalin, site de Tagmart 2

Tagmart 1 et Tagmart 2,  villages à environ 25 km de Tamanrasset au pied de l'Atakor, sites rupestres à découvrir dans des paysages magnifiques.
 
Paysage de la région de Tagmart/ cliquer pour agrandir l'image

Par contre les nombreuses peintures de Tagmart 2 sont très effacées et ne laissent malheureusement apparaître plus que la trace fantôme de leur image. Cependant après re-travail de la photo, ces peintures rupestres d'époque cabaline réservent bien des surprises. Photos ci-contre.

Gravures de l'Ahaggar

Aguenar, Outoul et Tit, des stations rupestres très proches de Tamanrasset, facilement et rapidement accessibles, elles recèlent de nombreuses gravures, représentant les différentes périodes  et des vestiges architecturaux, tels que des tumuli anciens et... aussi les traces de campements récents.

Boeufs à robes dessinées, oued Aguenar/ Cliquer pour agrandir l'image Gravure caballine du site d'Outoul/ Cliquer pour agrandir l'image
Oued Aguenar, boeufs domestiques

Site d'Outoul, gravure caballine

A noter qu'il y a environ 2'000 ans  le chameau d'Afrique va peu à peu supplanter le cheval au Sahara et commencer à être présents dans l'art rupestre.

Ci-dessous une "bande dessinée" presque contemporaine, chameaux de selle, tifinagh, et autres animaux, période cameline.

Grand panneau, chameaux, chiens, tifinagh, Oued Aguenar/ Cliquer pour agrandir l'image 

Grand panneau, chameaux, chiens, tifinagh, période cameline/ Oued Aguenar

 

A gauche les chameaux et tifinagh d'une gravure de l'oued Aguenar, font penser aux tissages de Tozeur. 

La photo du milieu représente une constellation, image encore utilisée de nos jours par les touareg pour, entre autres, "signer" des bijoux.

A droite gravure d'un bovidé avec une longe et des pendeloques (but prophylactique?) entre ses pattes une minuscule autruche l'accompagne.

Chevaux trapus, boeufs, gravure cabaline, Tit/ Cliquer pour agrandir l'image Méandres, oued Aguenar/ cliquer pour agrandir l'image

Petits chevaux trapus, bovinés et autres représentations/ Tit

Méandres, gravure très patinée/ Oued Aguenar

Le site d'Aguenar fut la première station d'art rupestre à être découverte et fouillée par les européens en Ahaggar.

 

Ci-dessus à gauche gravée sur un rocher à la sortie de Tit une scène  ou dominent les images de jolis petits chevaux trapus, époque caballine.

A droite gravure très ancienne de méandres à la patine totale. Située au sommet d'une petite falaise, elle fait partie d'un ensemble de plusieurs gravures de même type, mais nettement plus dégradés par l'usure naturelle, oued Aguenar.

L'oued Aguenar au coucher du soleil/ Cliquer pour agrandir l'image
Superposition de chameaux, oued Aguenar/ Cliquer pour agrandir l'image Représentation d'une constellation, oued Aguenar/ Cliquer pour agrandir l'image Boeuf domestique et autruche, oued Aguenar/ Cliquer pour agrandir l'image

Chameaux/ Oued Aguenar

Constellation/ 
Oued Aguenarl

Bovin domestique avec une longe et des pendeloques prophylactiques ?/ Oued Aguenar

Ahaggar
Gravure de boeuf dioculaire - oued Hirafok/ Cliquer pour agrandir l'image

Tifinagh de l'oued Hirafok/ Cliquer pour agrandir l'image

Gravure de chameaux de selle, chèvres et chiens - oued Hirafok/ Cliquer pour agrandir l'image

Boviné à deux yeux (dioculaire)/ Oued Hirafok

Tifinagh/ Oued Hirafok

Chameaux, chiens
 et personnage

Paysage de l'Ahaggar sur la piste d'Ideles/ cliquer pour agrandir l'image

Hirafok est l'un des villages de l'Ahaggar. La présence de l'eau y a favorisé l'installation permanente d'une communauté humaine et la mise en culture des terres, qui sont encore irriguées actuellement par des foggaras.


A proximité du village dans un bras de l'oued Hirafok, des gravures ornent les rochers et quelques peintures d'époque cameline subsistent à l'abri d'un surplomb. A voir un grand "poème ou message" en tifinagh, lequel décore tout en pan de paroi (image du milieu ci-contre) et un boeuf dioculaire.

 

Gravure d'un troupeau de bœufs et girafes dans les environs  d'Hirafok/ Cliquer pour agrandir l'image

Troupeaux de bovidés allant à la rencontre de girafes, panneau

 réalisé sur un grand rocher dans les environs d'Hirafok.

Gravures et peintures du Tassili N'Ajjer

Pointe de flèche

Tegharghart

Les bœufs à l'abreuvoir ou la vache qui pleure

A Tegharghart, surgissant du sable de grands monolithes se dressent éclairés par le soleil rasant de la fin de journée (5ème photo du titre). Sur l'une des  faces d'un des rochers  est gravée une des  merveilles de ce Tassili N'Ajjer dénommée "Les bœufs à l'abreuvoir", car lorsque la pluie fait gonfler l'oued Edjereou de Djanet un petit lac se forme au pied du rocher et les bœufs donnent véritablement l'impression de se désaltérer.  Cette gravure est aussi appelée "La vache qui pleure" en référence à une larme de sel  coulant de l' oeil d'un des animaux.


Cette gravure est d'une telle facture et d'une telle harmonie, que l'artiste ou les artistes qui l'ont conçue et réalisée étaient de très grands maîtres. 

 

Il y a bien des millénaires ces premiers pasteurs du Sahara ont légué à l'humanité ce chefs-d'œuvre inestimable et fascinant. Quel était leur message ? image d'activités quotidiennes, création et plaisir de l'esthétisme, rite magique pour s'assurer la prospérité en fixant dans la pierre l'image de leur richesse,  l'on peut se perdre en conjonctures.

Les boeufs à l'abreuvoir - Teghaghart Tassili N'Ajjer/ Cliquer pour agrandir l'image

Les boeufs à l'abreuvoir, Oued Edjereou de Djanet/ Tassili N'Ajjer

Tassili N'Ajjer

Grand Dieu Sefar - Tassili N'Ajjer/ Cliquer pour agrandir l'image Sefar scène du quotidien - Tassili N'Ajjer/ Cliquer pour agrandir l'image

Le Grand Dieu Séfar/ Tassili N'Ajjer/
Photo M. Zergui

Scène du quotidien site de Séfar/ 
Tassili N'Ajjer/ Photo M. Zergui

Photo du plateau, Tassili N'Ajjer/ Cliquer pour agrandir l'image

Que dire des peintures des forêts de pierre de Séfar,  Jabbaren (les géants), Tamghit, peut-être l'art préhistorique le plus diffusé de par la planète. Ces fresques furent révélées au grand public par Henri Lhote, mondialement connu pour son énorme travail de recherche et de diffusion. 


Cependant il faut rendre un hommage à son guide Machar Jebrine Ag Mohamed dit Jebrine, qui fut l'oublié de cette notoriété et qui peut être considéré comme l'auteur de la plupart des découvertes de fresques de ce Tassili. 

Sefar fresque proche de celle du grand Dieu,Tassili N'Ajjer/ Cliquer pour agrandir l'image

Sefar fresque proche de celle du grand Dieu/ Tassili N'Ajjer/ Photo M. Zergui

Tassili N'Ajjer 

Dans les environs de Djanet, sur la pierre d'un abri sous-roche trois personnages à tête en bâton "les petites danseuses" sont peints à l'ocre, ils sont typiques de l'époque cabaline (environ 1'500 à 1'000 BC (before Christ). Le plafond de l'abri est décoré d'une ravissante petite girafe (photo de droite). 

 

Des groupes de personnages, d'animaux de facture récente, et quelques tifinagh accompagnent ces peintures. Comme souvent les différents occupants permanents ou temporaires de ces lieux ont voulu laisser la trace de leur existence de façon tangible. 

 

Par contre ces représentations de l'art rupestre, certainement beaucoup moins connues que les bœufs à l'abreuvoir, n'ont pas subi les déprédations de visiteurs.

 

 

Les petites danseuses de Djanet/ Cliquer pour agrandir l'image Personnages - environs de Djanet/ Cliquer pour agrandir l'image Girafe - environs de Djanet/ Cliquer pour agrandir l'image

Personnages à tête en bâton/ Environs de Djanet

Personnages/ Environs de Djanet

Petite girafe/ Environs de Djanet

Avant d'arriver à Djanet la route goudronnée, Tassili N'Ajjer/ Cliquer pour agrandir l'image

© Sylvia Lucie Eva Donon -Juin 2004 - Tous droits réservés